Discours d’ouverture du premier ministre La désorganisation du réseau public d’éducation ne sert pas la réussite éducative

28 novembre 2018 17:58

Québec - En réaction au discours d’ouverture prononcé par le premier ministre du Québec, M. François Legault, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) et  l’Association des commissions scolaires anglophones du Québec (ACSAQ) ont tenu à réitérer la place cruciale des commissions scolaires sous la gouverne des commissaires élus par la population dans la réalisation des objectifs du gouvernement en matière d’éducation publique. 

« Nous saluons la volonté du premier ministre de faire de l’éducation la priorité de son gouvernement. Toutefois, planifier la désorganisation du réseau public d’éducation, à un moment où la conjugaison de toutes les forces est nécessaire pour relever les défis de la persévérance et la réussite éducatives, nous questionne quant à la réelle volonté du gouvernement en matière d’éducation. Afin de vraiment travailler pour les enfants, comme le dit M. Legault, il faut faire confiance aux acteurs de premier plan du réseau que sont les commissions scolaires, lien essentiel entre la communauté et les écoles », a indiqué Alain Fortier, président de la FCSQ. 

« Il y a plusieurs semaines, nous avons demandé une rencontre avec le ministre de l’Éducation pour lui faire part des priorités de notre réseau, dont le très urgent dossier de la gratuité scolaire. Nous réitérons aujourd’hui notre demande et notre offre de collaboration afin d’assurer une répartition équitable des ressources dans le meilleur intérêt des élèves. Le gouvernement dit vouloir travailler avec les intervenants du réseau, comment peut-il alors se passer de la contribution essentielle des élus scolaires? », a-t-il continué.

« Les exemples s’accumulent dans plusieurs régions du Québec : il manque de locaux, de main-d’œuvre et de ressources pour implanter partout la maternelle 4 ans. Il ne s’agit pas ici d’un manque d’ambition, comme semble le penser le premier ministre, mais plutôt d’une bonne dose de réalisme. La persévérance et la réussite éducatives obligent la convergence de toutes les forces disponibles pour répondre aux réels besoins. Les commissions scolaires doivent faire partie de l’équation! », a conclu Dan Lamoureux. 

La Fédération des commissions scolaires du Québec regroupe la vaste majorité des commissions scolaires francophones du Québec ainsi que la Commission scolaire du Littoral. Les commissions scolaires sont des gouvernements locaux qui veillent à la réussite scolaire de plus d’un million d’élèves en assurant des services éducatifs au primaire, au secondaire, en formation professionnelle et à l’éducation des adultes grâce à l’engagement de quelque 120 000 employés. Elles offrent aussi des services efficaces et essentiels, notamment en matière de ressources humaines et de ressources matérielles et financières. De plus, les commissions scolaires ont la responsabilité de répartir équitablement les ressources entre leurs établissements et de rendre accessible, en tout temps, un transport scolaire sécuritaire.

L'ACSAQ est la voix de l'enseignement public anglophone du Québec et représente quelque 100 000 élèves dans 340 écoles primaires et secondaires, centres de formation pour adultes et centres de formation professionnelle à l'échelle du Québec.

-30-

Kim Hamilton
Directrice des communications et des projets spéciaux
Association des commissions scolaires anglophones du Québec
Cell. : 514 919-3894
khamilton@qesba.qc.ca

Caroline Lemieux
Directrice des communications et des affaires publiques
Fédération des commissions scolaires du Québec
- Tél. : 418 651-3220
- Cell. : 418 570-9716
clemieux@fcsq.qc.ca 
Twitter : @fcsq