Véhicules de 15 passagers : test de collision

Transports canada publie un rapport sur des tests de collision


À la suite du tragique accident en janvier 2008, où huit étudiants du secondaire ont trouvé la mort au Nouveau-Brunswick, Transports Canada a entrepris des tests de collision sur des fourgonnettes de 15 passagers.

Les essais avaient pour objectif de comparer la protection offerte aux occupants d’une fourgonnette de 15 passagers portant leur ceinture de sécurité à celle offerte aux mêmes occupants d’un autobus multifonction en simulant l’impact d’une collision latérale grave.

La comparaison a été effectuée entre un autobus multifonction modèle 2011 et une fourgonnette de 15 passagers Ford E350 modèle 2011, qui ont tous les deux subi un impact à 90 degrés sur leur essieu arrière gauche par un camion Ford F150 2009 circulant à 75 km/h. Les essieux arrière ont été choisis pour simuler l’impact afin de s’assurer que le véhicule entrant en collision heurte des éléments structuraux communs aux deux véhicules mis à l’essai.

Voici les constatations

  • Les blessures mesurées chez les mannequins assis du côté de la collision avec la fourgonnette E350 étaient généralement plus graves que celles des mannequins assis aux mêmes emplacements dans l’autobus multifonction. La tête de deux des trois mannequins a été éjectée par la fenêtre de la fourgonnette E350, tandis que seulement le bras du mannequin assis dans la dernière rangée de l’autobus multifonction est passé à travers la fenêtre.
  • La distance entre les mannequins situés du côté de la collision et la paroi latérale a eu une incidence sur les blessures mesurées. Le profil de l’habitacle de la fourgonnette E350 est irrégulier et crée un espace qui permet au mannequin d’accélérer et de pivoter avant de frapper la fenêtre adjacente.
  • Dans l’autobus multifonction, les mannequins étaient en contact avec le profil plat de la paroi latérale immédiatement avant la collision. Le mouvement de la tête vers l’extérieur a été freiné par les cadres rigides situés au centre de chacune des fenêtres de l’autobus multifonction.
  • Lors d’une collision réelle, la position des occupants au moment de l’impact dépend de leur posture initiale et des manœuvres du véhicule qui se produisent juste avant l’impact. Tout comportement ou mouvement du véhicule qui entraîne l’éloignement des occupants de la surface qu’ils frapperont durant la collision augmente le risque de blessures, car il entraîne une accélération avant l’impact avec la surface. Également, étant donné que les cadres de fenêtre de l’autobus multifonction ne sont pas recouverts de matériaux absorbants l’énergie, une collision impliquant des occupants humains pourrait entraîner des blessures à la tête. Tous les mannequins situés de l’autre côté de l’allée par rapport au point d’impact, tant dans la fourgonnette E350 que dans l’autobus multifonction, ont glissé sous la ceinture-baudrier.
  • Dans la fourgonnette E350, l’espace entre les occupants adjacents était suffisamment  restreint pour permettre aux mannequins placés du côté opposé à l’impact de frapper les mannequins placés du côté de la collision. Dans l’autobus multifonction, les mannequins simulant une femme de petite taille ont soit glissé, soit été catapultés dans l’allée. Le mannequin simulant un homme de taille moyenne dans l’autobus multifonction a traversé l’allée et est venu frapper le mannequin placé du côté de la collision.
  • Selon les mouvements des mannequins, on peut supposer que des passagers humains exposés aux mêmes conditions pourraient subir des blessures à la tête, allant de modérées à graves, et des blessures importantes causées par la ceinture de sécurité, en ce qui concerne les occupants assis du côté opposé à l’impact dans les deux véhicules mis à l’essai.

Les résultats des essais appariés sont comparables à ceux d’autres essais d’impact latéral menés par Transports Canada avec d’autres véhicules automobiles. La rigueur des essais était substantiellement supérieure à celle des essais menés pour vérifier la conformité à la réglementation et des essais d’impact latéral effectués dans le cadre des programmes de protection des consommateurs. Les répercussions sur les mannequins occupants étaient considérables dans les deux cas; par conséquent, aucun autre essai ne sera mené dans des conditions plus rigoureuses.

Dans le cadre de son programme de réglementation, Transports Canada continuera d’évaluer l’applicabilité des mesures de protection des occupants contre les collisions latérales utilisées dans les véhicules légers. L’évaluation sera réalisée dans le cadre des activités du Conseil de coopération Canada-États-Unis en matière de réglementation.

Pour consulter le rapport sur le site de Transports Canada >>>