Blogue de la FCSQ

Actuellement les articles sont filtrés par: projet de loi no 24
Réinitialiser ce filtre pour voir tous les articles

Vers une démocratie scolaire renouvelée

par Josée Bouchard.

Vers une démocratie scolaire renouvelée

Enfin! C’est le sentiment général qui a animé les élus scolaires lorsque le gouvernement a confirmé la tenue des prochaines élections scolaires le 2 novembre 2014 et c’est avec détermination que la Fédération des commissions scolaires du Québec a participé aux travaux de la commission parlementaire portant sur les modifications à la Loi sur les élections scolaires contenues dans le projet de loi no 24, cette semaine.

La tenue d’élections scolaires l’an prochain marquera une étape importante dans le processus de renouvellement de la démocratie scolaire, mais elle n’en sera pas l’aboutissement, puisque d’autres travaux devront nous mener à la tenue d’élections scolaires et municipales simultanées en 2017. La ministre de l’Éducation a d’ailleurs réitéré l’engagement de son gouvernement en ce sens lors d’une de ses interventions en commission parlementaire, à notre grande satisfaction.

Nous croyons fermement que la tenue d’un scrutin simultané, comme cela se fait dans plusieurs autres provinces et dans certains états américains, facilitera la participation des citoyens aux élections scolaires qui seront ainsi mieux informés des enjeux et qui auront moins de déplacements à effectuer.

Mais d’ici là, nous considérons qu’il est possible de poser plusieurs gestes afin de stimuler le taux de participation aux élections scolaires de 2014. Il faut d’abord et avant tout que les candidats aux élections scolaires soient traités équitablement par rapport aux candidats aux élections municipales en ce qui a trait aux dépenses électorales. Le projet de loi no 24 fait un pas en ce sens, mais il doit être bonifié, comme nous l’expliquons dans notre avis. La FCSQ interpelle également le Directeur général des élections et le gouvernement afin qu’ils investissent autant de ressources pour faire la promotion de la démocratie scolaire qu’ils le font pour la démocratie municipale. Les commissaires scolaires sont las d’être traités comme des élus de seconde zone et souhaitent être traités comme des élus à part entière! L’histoire récente nous démontre que le taux de participation aux élections scolaires, municipales et provinciales est intimement lié aux investissements consentis pour en faire la promotion.

Ce projet de loi est un pas dans la bonne direction tout comme certaines modifications apportées à la Loi sur les élections scolaires en 2008 et qui seront mises en application en 2014, particulièrement l’élection du président d’une commission scolaire au suffrage universel, ce qui représente un grand défi à relever compte tenu de l’étendue des territoires.

Il est clair également que les prochaines élections scolaires devront être l’occasion d’innover en faisant appel à de nouveaux outils pour rejoindre la population. C’est d’ailleurs aussi le point de vue de la Fédération des comités de parents du Québec dont je tiens à souligner l’apport constructif dans le cadre de cette commission parlementaire. Tout comme nos collègues anglophones qui ont de façon très pertinente insisté sur l’importance pour les candidats de mettre de l’avant des enjeux en éducation qui vont interpeller les électeurs.

La démocratie scolaire est un joyau qu’il faut chérir et les élus scolaires sont déterminés à l’améliorer. En participant aux élections scolaires, les citoyens contribuent à définir et valoriser un système public d’éducation dont nous pouvons être fiers.

Les élus scolaires sont la voix de la population en éducation et particulièrement des parents. Il est donc important de tout mettre en œuvre pour favoriser une plus grande participation citoyenne aux élections scolaires de 2014.

retour