Blogue de la FCSQ

Actuellement les articles sont filtrés par: commission charbonneau
Réinitialiser ce filtre pour voir tous les articles

Une étoile à notre cahier

par Josée Bouchard.

Lors de sa déclaration d’ouverture des audiences publiques de la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction, la présidente de la Commission, la juge France Charbonneau, a précisé que la liste des entités incluses dans son mandat comprenait notamment les commissions scolaires.

Comme les commissions scolaires sont d’importants donneurs d’ouvrage, il était tout à fait normal que cela soit le cas, et cela ne nous a jamais inquiétés. Et pour cause : aucune irrégularité dans les contrats de construction octroyés par le réseau scolaire n’a été mise au jour dans le cadre des travaux de la Commission. J’en suis particulièrement fière et je me permets de le souligner car personne ne le fera à notre place.

Mais ce n’est pas surprenant quand on sait que les commissions scolaires sont dotées d’un code d’éthique et de déontologie depuis 1997, soit bien avant les municipalités. Les commissions scolaires œuvrent dans un environnement qui favorise la transparence et une reddition de comptes efficace. Elles gèrent, entretiennent et réparent plus de trois mille bâtiments sans dépassement budgétaire significatif, et toujours avec les frais administratifs les plus bas parmi les organismes publics et parapublics, soit à 4,2 %.

Alors lorsque j’entends qu’il faut absolument réduire la coûteuse bureaucratie des commissions scolaires, je réponds qu’il faut regarder ailleurs pour trouver du gaspillage, comme l’a clairement démontré la Commission Charbonneau.

retour

Classe politique éclaboussée - Des leçons à tirer!

par Josée Bouchard.

La Commission Charbonneau amène jour après jour son lot de révélations qui n’ont rien pour mousser la popularité des politiciens de tous les paliers fédéral, provincial, municipal ou scolaire.

Bien sûr, il faut féliciter le travail de cette Commission et souhaiter, dans le meilleur intérêt des citoyens du Québec, que la lumière sera faite sur les magouilles électorales pour redonner confiance en nos institutions démocratiques.

Depuis quelques années en effet, on constate de plus en plus la défection des électeurs dans les différents rendez-vous électoraux, particulièrement aux niveaux municipal et scolaire qui sont pourtant les lieux de décisions démocratiques qui sont les plus près des citoyens. Le cynisme de la population à l’endroit des élus y est pour beaucoup!

Même si les conclusions de la Commission Charbonneau viendront dans plusieurs mois, c’est aujourd’hui qu’il faut commencer à travailler avec ouverture, rigueur et de façon innovatrice à créer les conditions qui amèneront plus de citoyens à se porter candidats, particulièrement aux élections scolaires et municipales et surtout à amener davantage de personnes à voter dans le cadre de ces élections.

J’estime que l’une des idées innovatrices gagnantes pour notre démocratie locale serait la tenue des élections scolaires et municipales le même jour et dans les mêmes locaux comme cela se fait notamment chez nos voisins en Ontario et au Nouveau-Brunswick. Les municipalités n’ont pas à craindre un surplus de travail puisque le réseau des commissions scolaires qui a une grande expérience dans l’organisation d’élections assumerait ses responsabilités à cet égard.

Une telle élection qui, selon différents sondages, reçoit l’appui de plus de 80 % de la population, aurait pour effet d’attirer davantage l’attention médiatique, de susciter par le fait même un plus grand nombre de candidatures à des postes de conseillers scolaires et municipaux, tout en démontrant la capacité de nos institutions démocratiques à innover, à se rapprocher des citoyens. Ces derniers seraient d’ailleurs les grands gagnants d’une telle élection conjointe : plus de candidats, plus d’information, un seul déplacement dans un même endroit.

Face à la turbulence qui secoue la démocratie locale, je tends la main à mes vis-à-vis municipaux pour faire différemment et mieux au nom d’une démocratie locale qui retrouverait ainsi ses lettres de noblesse aux yeux de plusieurs. Transmettre un commentaire>>>

retour