Blogue de la FCSQ

Actuellement les articles sont filtrés par: campagne électorale 2012
Réinitialiser ce filtre pour voir tous les articles

Les Québécois ont dit non à la démolition!

par Josée Bouchard.

Je dis oui au renouvellement!

 Nous avons connu une campagne électorale captivante où tous les partis ont eu l’occasion d’y présenter leurs intentions en matière d’éducation, même si on en aurait voulu beaucoup plus! Chose encore plus importante, la population s’est prononcée clairement contre les idées abolitionnistes de M. Legault qui étaient au cœur de son ménage annoncé! Les Québécois n’aiment pas la chicane, mais ils sont surtout attachés à leurs institutions telles les commissions scolaires qui ont été le pivot de la Révolution tranquille et qui contribuent largement à l’essor du Québec dans toutes nos régions. Bref, sans vouloir le statu quo, les Québécoises et les Québécois ont dit non à la démolition et aux débats de structures stériles.

Moi, Josée Bouchard, je dis oui à l’amélioration, au changement, au renouvellement de nos pratiques, à plus de réussite pour les élèves, à un plus grand dialogue avec la population pour bien saisir ses attentes, mais aussi pour mieux faire connaître qui nous sommes et ce que nous faisons pour accompagner les enfants du Québec dans leur développement et leur apprentissage.

Le travail est en route. Actuellement, les commissions scolaires se renouvellent dans le cadre d’un plan d’action solide et rigoureux, bien au fait des attentes de la population à l’égard de nos institutions publiques. Les commissions scolaires se renouvellent non pas sous la menace d’un parti qui n’a jamais réussi à faire une démonstration convaincante des vertus de ses propositions en éducation, mais plutôt en concertation avec nos partenaires et avec le ou la future ministre de l’Éducation à qui j’offre ma collaboration positive pour la réussite de nos élèves.

Je profite de ce billet pour féliciter les candidates et les candidats, et particulièrement Mme Marois, première femme premier ministre, qui ont eu le courage et la détermination de débattre publiquement de leurs idées au cours de la campagne électorale. Maintenant, plus rien ne peut justifier le report du déclenchement des élections scolaires. Le nouveau gouvernement doit permettre enfin aux candidates et aux candidats commissaires de débattre de leur vision de l’éducation publique!

La démocratie scolaire est une richesse qu’il faut maintenir et surtout valoriser puisqu’elle contribue au développement de l’éducation publique et qu’elle est garante de l’équité dans les services rendus aux élèves du Québec, qu’ils soient de milieu aisé ou défavorisé, de milieu urbain ou de région éloignée. Transmettre un commentaire>>>

retour

Débat des chefs

par Josée Bouchard.

Rien pour l’éducation!

Quelle vision du système public d’éducation proposent les différents partis politiques? Nous en savons malheureusement très peu au lendemain du débat des chefs.

Je suis surprise et très déçue que l’éducation ait eu si peu de place lors du premier débat des chefs de la campagne électorale. Plutôt que de présenter leur programme en éducation lors du volet sur les politiques sociales, les chefs, à l’instigation de François Legault il faut le dire, ont préféré utiliser la majorité du temps alloué pour se chicaner sur le nombre exact de médecins de famille dont on a besoin au Québec… c’est désolant! Le seul moment où il a été question d’éducation, c’est lorsque M. Legault a parlé de gains d’efficacité, voilà une vision bien réductrice de l’éducation que la FCSQ a déjà eu l’occasion de dénoncer dans un document qui démontre que les propositions de la Coalition Avenir Québec en éducation ne passent pas l’épreuve des faits.

Je demande aux partis politiques de prendre position en faveur d’une politique nationale sur l’éducation publique. Il faudrait que cette politique nationale identifie l’éducation publique comme une priorité sociale, assure un financement adéquat de notre système public d’éducation, maintienne une gouvernance démocratique de l’éducation publique, favorise la diversification de l’offre de services éducatifs afin de soutenir la persévérance et la réussite scolaires et valorise le développement de la formation professionnelle.

L’éducation est la base d’une société. Une population éduquée est une population en santé, prospère économiquement et épanouie sur le plan culturel. J’espère que l’éducation aura la place qui lui revient lors des prochains débats! Transmettre un commentaire>>>

retour

L’éducation publique n’est pas valorisée par nos élus provinciaux!

par Josée Bouchard.

J’ai le goût de dire enfin! C’est comme si pour toutes sortes de raisons le Québec était en mode pré-électoral depuis plusieurs mois. Une campagne électorale, c’est un exercice hautement démocratique qui appelle le respect de ceux et celles qui acceptent de débattre publiquement de leur vision du développement au Québec.

Aujourd’hui, je demande à toutes ces candidates et à tous ces candidats de partager justement avec leurs concitoyennes et concitoyens leur vision de l’éducation publique, celle qui, au quotidien, accueille un million d’enfants dans nos écoles. Une éducation publique qui est le poumon de notre société et pourtant si peu valorisée par nos élus provinciaux. L’enseignement supérieur retient beaucoup l’attention de nos dirigeants politiques alors que la base de tout, c’est l’éducation préscolaire et l’enseignement primaire et secondaire qui sont en train de vivre les pires compressions budgétaires de leur histoire.

Au lieu de démolir des institutions qui sont au cœur du développement du Québec et des régions depuis 150 ans, comme le préconisent certains, au lieu de dépeindre par pur électoralisme un portrait faussement sombre de la performance de nos écoles, je demande aux partis, à leur chef, aux candidates et candidats qu’est-ce qu’ils proposent pour valoriser l’école publique? Pour que le travail de notre personnel soit mieux reconnu? Pour assurer un financement adéquat de notre système public d’éducation? Qu’est-ce qu’ils pensent de la tenue d’une élection scolaire et municipale simultanée qui reçoit l’appui de 80 % de la population selon un récent sondage Léger Marketing?

Les commissions scolaires font leurs devoirs actuellement en poursuivant leur travail de mobilisation pour la persévérance scolaire et la réussite du plus grand nombre d’élèves. La Déclaration en faveur de l’éducation publique au Québec, issue du sommet de juin dernier, reçoit un large appui des Québécoises et des Québécois. Un plan d’action Pour un renouvellement des commissions scolaires est sur les rails. La détermination du réseau scolaire de faire plus et mieux pour la réussite des élèves est bien réelle.

J’invite les futurs élus à se commettre publiquement en faveur d’une politique nationale sur l’éducation publique à laquelle les commissions scolaires veulent contribuer comme partenaire de premier plan du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport. Les commissions scolaires du Québec sont en mode amélioration continue de notre système public d’éducation avec tous les acteurs du réseau. Ceux qui pensent le démolir font de la petite politique populiste. Contrairement à leurs discours publics, ils sont très loin des élèves, des parents et de leurs besoins. Transmettre un commentaire>>>

retour