Blogue de la FCSQ

Actuellement les articles sont filtrés par: élections au suffrage universel
Réinitialiser ce filtre pour voir tous les articles

Gérer l’école publique comme « une business »?

par Josée Bouchard.

Gérer l’école publique comme « une business »?

Est-ce que les écoles publiques peuvent être gérées comme une entreprise privée? C’est la question qu’on doit se poser avec l’intention annoncée du ministre de l’Éducation de remplacer les conseils des commissaires, élus au suffrage universel, par un conseil d’administration privé, donc composé de personnes nommées. Et pour la FCSQ, la réponse est évidente, c’est non. En fait, cela irait à l’encontre même des valeurs qui sont le fondement du système public d’éducation, soit l’accessibilité, l’équité et la démocratie.

Il est important de le rappeler, les commissions scolaires ont comme mission d’assurer la réussite de tous les élèves, où qu’ils soient sur le territoire, et peu importe leur statut socio-économique. L’école publique accepte tous les élèves et les commissions scolaires répartissent les ressources équitablement entre les établissements afin que tous aient accès aux mêmes services, aux mêmes chances de réussite. Le fait que les décisions soient prises par des élus permet à la population, et au premier chef les parents, d’exprimer ses attentes et ses besoins et le cas échéant, son mécontentement.

Face aux impératifs budgétaires imposés par le gouvernement, les élus scolaires ont souvent opposé leur voix. Que fera un conseil d’administration dans une telle situation? Est-ce cela l’objectif du gouvernement : faire taire les voix qui s’élèvent pour assurer la pérennité du système public d’éducation et la réussite de tous les élèves?

retour