Blogue de la FCSQ

La disparition d’une démocratie sans débat public

par Josée Bouchard.

Le gouvernement nous avait promis une vision de l’éducation centrée sur la réussite des élèves. Au lieu de cela, il s’apprête à faire disparaître une démocratie plus que centenaire, sans débat public. En présentant son projet de loi modifiant l’organisation et la gouvernance des commissions scolaires la dernière journée des travaux à l’Assemblée nationale, le gouvernement libéral a démontré un manque total de respect. D’abord envers ses collègues députés des autres partis, envers les élus scolaires en place depuis un peu plus d’un an dont il veut mettre fin au mandat de façon abrupte, et aussi envers tous les acteurs du réseau de l’éducation qui vivent dans l’incertitude depuis des mois. Et tous devront patienter encore pour avoir des réponses à leurs questions, puisque le débat devra attendre la reprise des travaux à l’Assemblée nationale.

Je suis estomaquée de constater avec quelle légèreté des élus peuvent traiter la démocratie, mais ce qui me désole le plus avec le chambardement de structures proposé, c’est que l’intérêt de l’élève semble avoir été oublié. Motivés uniquement et exclusivement par la réussite des élèves, les élus scolaires exercent un leadership essentiel pour la mobilisation en faveur de la persévérance scolaire dans leur milieu. Ils veillent à la répartition équitable des ressources entre les écoles et les élèves, s’assurant ainsi que tous les élèves, peu importe où ils se trouvent sur le territoire et leur statut socio-économique, aient accès à des services éducatifs de qualité, favorisant la réussite du plus grand nombre. C’est pourquoi les élus scolaires sont très inquiets, en tant que représentants de la population et du bien commun, d’être remplacés par des membres d’un conseil scolaire qui défendront soit un intérêt personnel, professionnel ou corporatiste.

Comme elle considère que l’avenir de l’école publique au Québec devrait interpeller toute la société, la Fédération souhaite que la commission parlementaire qui étudiera le projet de loi soit la plus inclusive possible. Forts de leur engagement indéfectible pour la réussite des élèves, les élus scolaires y seront.

comments powered by Disqus